Hellbats x The Irradiates – Iron Maiden’s Gonna Get You No Matter How Far (2013)

Alors qu’on était en droit de se poser des questions sur le sort funeste d’Eddie et de sa bande (avec un « douloureux » passage à vide dans cette première décennie du XXIème siècle signant le retour de Paul Bruce Dickinson au chant)… Alors qu’on les pensait perdus dans les limbes aussi bien infernales que spatiales, bien avant le comeback inespéré et providentiel lié au récent Book of Souls, la Mighty Ghoul a pris le temps de revenir d’entre les morts de manière majestueuse via le duo de groupe Hellbats & The Irradiates.
0004644951_10Ici chez Film Reels from Outer Space on aime les splits. Deux groupes minimum sur la même galette, donc deux fois plus de plaisir au minimum. Et je ne cache pas ma joie quand j’ai vu les deux noms apposés à celui-ci. Les grands Hellbats, chroniqués dans ces pages, accompagnés pour l’occasion de nos chercheurs préférés spécialisés en Surf Music nés des cendres de Hawaii Samurai. Quand l’un est parti se lancer dans le Modern Horror Surf Music avec Demon Vendetta, les deux autres ont préféré une recette plus Sci-Fi tranchante qui tache bien. Des choix que l’on respecte totalement pour une avalanche de bonheur qui récompense nos papilles auditives !

À première vue l’ep constitue plus un hommage qu’autre chose. Un hommage guidé par un amour inconditionnel de la musique, mené de mains de maîtres par des musiciens hors pair. Une galette d’une énergie incroyable, avec un son parfait et une réalisation sincère.
Reprendre les classiques c’est une chose, mais en plus de ça on a le droit à un petit cours d’histoire avec ce choix pertinent des pistes du split. Hellbats signe une entrée en matière directe et énergique avec ce morceau tiré du premier album des Iron Maiden, de quoi nous mettre en appétit pour la suite. Quoi il n’y a qu’une entrée et un plat ?… Pas de dessert ni de deuxième service ? Je ne cacherai pas que je reste carrément sur ma faim en écoutant ces sillons. Mais ça ne m’empêchera en aucun cas de passer du bon temps.
386094_191789970918152_1660348989_n
Pour la première face on a le droit à un « Running Free » totalement décomplexé et violenté pour l’occasion par nos Chauve-Souris des Enfers, qui gagne tout son sens dans une contrebasse totalement à propos. C’est à se demander si le morceau n’était pas pensé à la base pour cet instrument. Ce qui n’est pas étonnant quand on observe deux secondes le jeu du bassiste original S. Harris, non loin d’un contrebassiste fou.
L’instrumentale « Ides of March » (sublimée par ce sample d’ouverture) sonne telles des cloches funestes, pour complètement partir en vrille sur « The Trooper ». Un morceau parfaitement adapté pour un moment de Surf music si vous voulez mon avis. Ils ont étudié la question et on le sent. Et ce qu’on sent aussi c’est la franche camaraderie entre les deux groupes, à tel point que ElieBats s’invitera sur la face des Irradiés pour une piste survoltée gonflée aux hormones. Paul Dickinson n’a qu’à bien se tenir. Là où la voix du leader des Hellbats se mariait totalement avec le travail de DiAnno sur « Running Free », elle renvoie le Paulo et son chant parfois trop théâtral directement dans les starting-blocks sur « The Trooper ». Elle tranche totalement et donne une autre atmosphère plus sauvage et presque plus adaptée à l’image sanglante du groupe, totalement contrastée avec la légèreté surf du combo hôte  ! J’ai dis léger, oui, ce qui n’empêche pas la partie instrumentale d’être pêchue et raw comme à leurs habitudes.TheIrradiates_Press2012_1_Bolography
Ces morceaux sont d’une puissance sans équivoque et intemporelle. En se les réappropriant, on a le droit à une claque massive en plein coin de la bouche. Lèvre éclatée dégoulinante d’hémoglobine de plaisir. Ça n’a jamais été facile de reprendre des groupes, et encore moins des classiques. Au mieux on calque l’original, singeant tant bien que mal les effets et gimmicks de réussite. Le pire étant un ratage total ridiculement mis en valeur par une prétention sans limite (David Draiman et ses incalculables meurtres musicaux…). Je vous rassure tout de suite, jetez-vous sur ce magnifique 45T. À eux sept ils surpassent largement l’exercice. C’est sincère, débordant de talent dans la réappropriation des morceaux et respectueux des aînés. Ça dépoussière les classiques, les fait revenir d’entre les morts et tels des fossoyeurs ils nous les montrent sous un jour différent, fun et indomptable. Trop court oui, mais encore une fois intense. Vous aussi vous en voulez encore ? Une bonne excuse pour se plonger dans la disco’ de The Irradiates et se refaire une énième fois celle des Hellbats. Passion quand tu nous tiens, tu ne nous lâches plus !

Listen : Hellbats – Running Free

split-hellbats_irradiates-web

Avant de nous quitter, petit focus sur la magnifique pochette de la bête réalisée par Thom Meyrial. Rare qu’un artwork me plaise autant, c’est donc une bonne raison pour le souligner. Au croisement de tous les univers de la galette on a le droit à une synthèse parfaite. Eddie corrompu par les Hellbats est de retour dans des rues malfamées pas loin de celles qu’il arpentait sur Killers. La découverte du combo de Montbéliard s’est faite dans la douleur pour notre goule et il a tellement kiffé qu’il a voulu se greffer une paire d’ailes démoniaque dans le dos. Une transformation qui a dû se faire dans la douleur et dans la crasse la plus parfaite… Il faut souffrir pour être badass ! Preuve à l’appui avec ce slime ignoble dégoulinant de partout. Il n’en a pas fallu plus pour que nos chercheurs des Irradiates soient de la partie, étudient la Beast sous toutes ses coutures et ajoutent leur pierre à l’édifice. Tout est encore une fois dans le détail, dans les petites références pour un dessin simplement et sublimement parfait.

Pour les curieux :
– https://www.hellbats.com/
https://www.facebook.com/hellbatsofficiel/

https://www.theirradiates.org/
https://www.facebook.com/theirradiates/

Proposé par les Productions de l’Impossible :
– http://www.productions-impossible.com/shoplabelvinyl.php

Howard Bartleh

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s