Krysler – Chasing Sparks (2017)

Billy the Kill is back !
a0428425167_10Après son aventure vocale dans le francophone avec son premier ep qu’il signe sous sa véritable identité, Fred Alera rendosse, tel un super héros, une dernière fois son costume du Killer. Pour le coup rien n’étant innocent, il ne revient pas seul mais accompagné par le bien nommé Simon Chainsaw ; hôte de la galette ! Collaboration pour le moins atypique, alliant les opposés de notre chère planète Terre : Australie & France. Annoncé comme un skeud du Mr Chainsaw, je m’attendais à rentrer dans un Rock’n’roll couillu teinté par sa voix échauffée par le soleil, reconnaissable entre mille. La voix du baroudeur rock par excellence. Mais la présence du Billy the Kill se fait bien sentir dès le début. Une véritable fusion entre les deux univers qui se mixent sur l’album. Un voyage unique teinté de mélancolie, d’émotions et de fantasmagories. On éteint les amplis le temps de la galette (guitares électriques n’étant là que pour quelques solos et les petits arrangements d’ambiances) et on laisse parler le cœur ! Point principal qu’on aime sur cette galette. Cette palette étendue d’émotions qu’on peut retrouver, ce virage peu évident pour l’Australien mais tellement sincère et beau illustré par la présence totalement à propos du Billy. Grand habitué de ces ballades rock’n’folk, il guide le Chainsaw de manière totalement intuitive. Mais on sent que Chainsaw est quand même à la tête de proue du navire, preuve à l’appuie avec cette magnifique reprise du titre du Cowboy Killer « The world is yours ». Et comme pour ne pas mettre mal à l’aise le repris et pour se réapproprier l’œuvre, il choisira un duo piano/voix. Choix judicieux qui à peine le disque lancé attaque avec la première surprise. Simon Chainsaw est un habitué de ces reprises atypiques. Pas de « Ace of Spades » de Motorhead, pas de U2, de Ted Nugent ou autre ZZ Top. Il nous avait déjà agréablement titillé avec sa reprise de Second Rate sur son album Don’t Kill Rockn’Roll . C’est maintenant avec Billy The Kill. Une bonne manière de faire connaître cette musique de chez nous dans ses contrées arides australiennes et de présenter l’équipe tout simplement. Des titres interprétés d’une manière personnelle et passionnelle.
billythekill1Mais les choses sérieuses commencent réellement après ce bel hommage rendu à son compagnon de bataille. Le travail de composition est sublimement varié dans ce registre de ballade folk, mis en valeur par ces claviers utilisés avec parcimonie. Ni trop peu ni trop tout court, ils sont parfaitement dosés. Le genre d’arrangements qui te touchent le palpitant direct, comme sur la montée finale aux airs de violons de cette deuxième piste et ce petit solo de guitare acoustique en fond tout en retenu. Me voilà déjà convaincu. C’est un esprit que j’aime dans la musique mais plus encore, c’est la chose que je respecte le plus. Faire les choses de manières naturelles, sobrement, sans forcer et dans une modestie jamais voulue mais humblement atteinte. C’est subtil, sans artifice ou quoique ce soit dans la volonté de faire des tubes. Sincère tout en détails et en émotions. Il n’y a pas plus vrai que ce genre d’album. Et on le ressent directement.
13241320_1029415407105971_7362689395940746412_n« Why didn’t you stay »… c’est vrai ça, pourquoi pas ? C’est si gentiment demandé qu’on est obligé de s’exécuter. À travers ces balades on ne peut s’empêcher de penser aussi à un côté blues très senti. Pas pour me déplaire évidemment, quand il s’agit d’avoir du feeling ils ne sont pas en reste. De plus, on rajoute la volonté et le succès de se réinventer piste après piste. Après la plus bluesy « Heartbeat Calling », la « Shadows Move » te prend au tournant avec ses petits détails, ses chœurs féminins, ce clavier groovy et ses voix poussivement classy du Chainsaw. La force calmement énervée. Paradoxal, mais jetez une oreille dessus vous comprendrez. Suivi de la très rock dans le traitement « Soul Deceiver ». Dur de faire aussi puissant qu’un bon rock amplifié dans l’esprit sur un fond de balade folk, mais c’est l’une des forces du Chainsaw : avoir la voix qui rend cela possible. Avec en plus la manière de faire et cette progression vocale plus qu’efficace. Il pourrait te faire un hit rock aussi puissant qu’un AC/DC mais accapella ! Une mission réussie au vu de ma tête en rythme sur les versets ! Mais ça ne s’arrête pas là. Quand tu penses avoir fait le tour ils continuent à frapper là où tu ne t’y attends pas. « A Thousand Stars » épiquement orchestré et tout en mesure… Six pistes au compteur et aucune redite. Ce sera bien évidemment comme il a commencé que cet album finira. Tout en talent, en retenue presque timide mais avec tout ce qu’il faut là où il faut. L’orchestrationnel rock et agréablement lancinante chanson éponyme (qui a tout d’un single), la nostalgique « Time Never Cried » (avec son p***** de solo de guitare acoustique. Désolé du terme, mais il ne me faut que quelques notes comme ça pour que je perde le contrôle) et la touche finale quasi instrumentale « Afterglow ». Ou comment fermer cette porte émotive avec perfection.

a0428425167_10Listen : Krysler – Why didn’t you stay

En voilà un album surprenant. Je pensais trouver tout ce qu’il peut y avoir dans le registre rock sauf cette parenthèse émotionnelle en ayant vu l’annonce de la sortie de l’album. En 2017, avec cette surmédiatisation et surinformation des réseaux sociaux, c’est une belle chose d’être encore surpris à ce point. Important de le souligner donc. Une joie de trouver Simon Chainsaw sur un ton touchant, mené à la perfection et plus sincère. Et un véritable plaisir de retrouver notre cher Billy sur cette galette ! Moi qui pensait son aventure terminée, la lumière reste belle et bien allumée sur ce pan de sa carrière. Une bien bonne chose que cette collaboration avec pour résultat un album aux airs modestes auquel il ne manque rien (ou presque… un petit frère en préparation ne ferait pas de mal?).

Retrouvez l’actualité de Simon Chainsaw sur :
– https://www.facebook.com/Simon-Chainsaw-112897685424419/
– http://www.simonchainsaw.com/

Retrouvez l’actualité de Billy the Kill sur :
– https://www.facebook.com/billythekillfrance/
– https://www.facebook.com/fredalerafrance/

Howard Bartleh

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s