Demon Vendetta x Arno de Cea & the Clockwork Wizards – Sergent Surf Split Tape (2017)

Toujours un plaisir d’écouter la toute dernière sortie en date du Nasty. Et quand c’est à base de Surf, plutôt deux fois qu’une.17308868_1713192125374532_9105367384418128328_n
On parlait du gazier il y a peu avec Teenage Renegade. Changement d’horizon vers des contrées encore plus chaudes et arides. Des contrées qui sont, elles, plus connotées en terme d’horreur. Un monde injustement décrié mais tellement riche.
J’ai été introduit à ce style il y a maintenant quelques années avec les grands Hawaii Samurai que j’adorais déjà et que j’aime encore plus à ce jour, où il tenait le poste de bassiste.
Depuis c’est gravé dans mon sang. Surfing for life – Surf or Die ! Voilà mon credo.

Maintenant seul maître à bord Nasty Samy a pris l’habitude de nous matraquer à coup de Horror Surf corsé pas piqué des hannetons. Il se fait aidé pour l’occasion par Franz Oa Wise, qui a choisi son camp en étant à la fois dans Demon Vendetta, Black Zombie Procession et Hellbats. Une bien belle grande famille en somme.
De plus, la formation est finalement et finement complétée par Maximilien Maire qui lui aussi gravite dans la sphère indé française, notamment avec The Last Brigade (où Nasty Samy a aussi tenu la basse quelques temps…comme quoi le monde est petit!).

L’entité Demon Vendetta se veut violente, directe et puissante. Un lynchage auditif dans les règles. Après deux premiers LP d’une efficacité à toute épreuve, ils reviennent avec un split partagé avec Arno de Cea.
Split composé de reprises, tâche obligatoire pour tout groupe de surf qui se respecte. Reprendre les aînés pour montrer le respect envers la discipline, montrer que l’on sait d’où l’on vient, ainsi que faire preuve d’imagination et de classe dans cet exercice de style. Le tout dans un seul but : reprendre et adapter les morceaux dans son propre univers.
Et on peut dire que la mission est réussie avec brio. On sent la patte reconnaissable entre 1000, les yeux bandés, les oreilles bouchées et l’esprit endormi, du Nasty.
Horror sampling fumeux, son tranchant et sec mais rempli de profondeur. Reverb’ enrobée mais asséchante. Un son mis en relief par cette basse lourde et aiguisée et cette section rythmique chaude et gourmande.
C’est un euphémisme de dire que je suis plus qu’heureux d’avoir ce son dans les oreilles. Je retrouve les mêmes sensations qu’à l’écoute et découverte de leur premier LP Guardians of the Bitter Sea. Une expérience unique remplie d’émois. Sans savoir à quoi m’attendre j’écoutais les sillons me susurrer leurs mélodies… Un surf énergique, presque métal par moment mais qui renvoie tellement de puissance et d’émotions. C’est ce genre d’album, de groupe où tu te sens heureux de vivre en l’écoutant. Et ce dès la première piste éponyme qui restera sans doute mon morceau favori du groupe.
17239956_779531452212331_2895080471050825511_oJ’ai aussi adoré le deuxième album qui a suivi quelques années après. Peut être moins d’« émotions » ressenties mais plus rude et diversifié.

Avec ces 4 morceaux de Demon Vendetta que composent ce split je retrouve cet ascenseur émotionnel, partagé entre joie totale qui tirerait presque la larme à l’œil par tant de plaisir et le fait d’être impressionné par tant de classe.

« Twintchin' » te capte direct et te calme tout bonnement. On n’est pas là pour rigoler, et ils nous le montrent très bien. « Bennett Cerf », reprise des Shadowy Men on Shadowy Planet, offre plus de volume que l’originale et m’attrape direct au thorax, crochet planté dans le palpitant. Ils m’ont par les sentiments ça y est et ne me lâcheront pas c’est sûr…
S’ensuit « Trasher », plus sèche avec ses relents Batmanesques (de quoi se remémorer The Octopus Incident des Hawaii Samurai) et son « refrain » accrocheur ultra efficace qui résonne en moi. Plus que conquis j’en tombe à genou. Arrêtez-vous, je ne sais pas si je pourrais en supporter plus… Bon si vous y tenez. On (se) finit donc en beauté avec « Switchblade », à l’image du premier morceau en terme de rugosité et plus agressif, on sent qu’ils donnent tout pour clore leur face dédiée de la tape.
C’est déjà fini, oui, mais une chose est sûre c’est que ce split est bien construit rythmiquement. Une merveille en quatre titres. On sent la passion, base de ce style préhistorique trop longtemps ignoré. Une passion dévorante qui se transmet à chaque auditeur. Je suis fier de faire parti de l’un d’entre eux et garde jalousement ces morceaux pour user la bande jusqu’à l’ultime écoute.

886006_852707081494041_4520102849632152288_o

Crédit photo : Sophie Hébert - Live Photography

 

Pour moi ce sont les meilleurs. Ils ont réussi en 2 LP et un Split à mettre la barre tellement haute qu’ils ne peuvent redescendre. Ils sont au sommet de la pyramide et sont devenus tout bonnement et simplement les maîtres du style. Ils ont réussi à allier technique, qualité et atmosphère avec une classe que peu peuvent espérer un jour avoir. Chapeau bas…
Dans un élan de modernisme dans le son, ils se doivent d’endosser la casquette des VIGILANTE d’un genre en retrait et trop peu connu à mon goût. Un genre qui en a à revendre et que l’on se doit de défendre !

Listen : Demon Vendetta – Bennett Cerf (Shadowy Men on Shadowy a Planet)

Et en parlant d’en avoir à revendre, Arno de Cea & The Clockwork Wizards ne sont pas en reste.arno-decea-com
Aussi membre de The Irradiates (pas un amateur vous l’aurez compris) Arno attaque avec sa bande des Clockwork Wizards sur un Surf peut être plus classique, mais plus acidulé et plus tripesque. Le son a une approche plus punk dans le traitement et amer. C’est rapide et précis mais il est en même temps moins rentre dedans et moins cru. Est-ce un mal ? Absolument pas. Le plaisir est là, et ça me permet de découvrir le band en me disant qu’il faut que j’aille absolument écouter le reste. Je connais bien The Irradiates, mais j’ai fait l’impasse sur Arno de Cea & the Clockworks Wizards… Moi qui me dit défenseur du genre, ERREUR ! Let’s go, je vais rattraper mon retard pharaonique et m’en allé voyager vers d’autres horizons, presque chicanos dans l’ambiance de ces reprises.

Listen : Arno de Cea & the Clockword Wizards – Surf Party (the Astronauts)

En bref ce split est un bon moyen de découvrir ou redécouvrir les classiques, sublimés pour l’occasion. Mais pas que, c’est la preuve d’une grande classe encore une fois et de se rendre compte que la scène locale est loin d’être fade en matière de musique spécialisée. Au contraire, elle contient parfois même les meilleures…
N’ayant pu voir Demon Vendetta sur les planches pour cause d’annulation de la tournée, je peux quand même me consoler avec cette nouvelle (courte) galette !

Split Tape limitée édition collector avec un poster offert encore disponible (package généreux !). Il n’y en aura pas pour tout le monde, donc dépêchez-vous.

Retrouvez là sur : – https://demonvendetta.bandcamp.com/album/sergent-surf-split-tape-w-arno-de-cea-the-clockwork-wizards

http://nastymerch.com/index.php?r=1

Howard Bartleh

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s